La consommation de substances psychoactives peut faciliter et intensifier des expériences sexuelles, mais
elle peut également les conditionner de manière désagréable. Souvent elles peuvent avoir un effet aphrodisiaque
mais, chez les hommes, la plupart des drogues (alcool et cocaïne, par exemple) ont un effet dé-inhibiteur.

L’usage du préservatif permet d’éviter une grossesse et de te protéger contre les infections sexuellement transmissibles
(hépatites, chlamydia, syphilis ou VIH).

En cas de consommation de substances psychoactives, respecte les recommandations suivantes :

  • Avant un rapport, fais le point sur les pratiques sexuelles acceptables et sur les pratiques tabous.
  • Ne consomme jamais au point d’être incapable de te défendre ou de ne pas remarquer le « non » de
    ton/ta partenaire.
  • Pas de rapports sexuels sans préservatif !
  • Lorsque les rapports durent longtemps, change de préservatif.
  • Certaines substances (ecstasy, speed, coke, etc.) sèchent les muqueuses. Attention : risque de rupture
    du préservatif ! Utilises un lubrifiant ou change de préservatif.
  • En cas de rapports oraux, utilise un préservatif. Pas de sperme ou de sang des règles dans la bouche, ne pas avaler.
  • En cas de démangeaisons, brûlures ou écoulements, consulte un médecin.
  • Combinaisons de substances potentiellement mortelles : poppers et viagra, GHB et médicamentsanti-VIH (médicaments antirétroviraux).
  • Si tu as été victime d’une agression sexuelle, il faut tout d’abord s’adresser à un hôpital (détection) et ensuite à la police (centre d’aide aux victimes). Si tu soupçonnes l’usage de sédatifs – substances K.O. comme alcool, somnifères, kétamine, GHB/GBL, etc., une réaction rapide est nécessaire afin de récolter les preuves des faits.